Toutes les pages Toutes les pages

Quelques idées reçues (et fausses) sur le licenciement

Mon employeur doit me notifier 3 avertissements avant de pouvoir me licencier :

Faux !

L’avertissement est une sanction disciplinaire.

La sanction disciplinaire notifiée par un employeur à un salarié doit être proportionnelle à la gravité de la faute reprochée.

Si la faute est grave, le licenciement sera une sanction justifiée et proportionnée, même si aucun avertissement n’a jamais été notifié au préalable.

Si la faute est légère, l’avertissement sera la sanction la plus adaptée, et un salarié peut recevoir plusieurs avertissements sans qu’il soit question, à ce stade de le licencier.

Si je suis licencié pour faute grave, je n’ai pas droit aux allocations de chômage par Pôle Emploi

Faux !

La réglementation du droit à l’indemnisation chômage ne tient pas compte du type de licenciement prononcé. Pour bénéficier d’une indemnisation chômage, il faut être « en situation de chômage involontaire », peu important que le motif soit une faute, et même une faute grave.

La faute grave prive le salarié de l’indemnité de préavis et de l’indemnité de licenciement. Ses droits à congés payés acquis et en cours d’acquisition restent dus.

J’ai été licencié pour insuffisance de résultats. Pour contester mon licenciement, je révèlerai les méthodes de management de l’entreprise, je produirai également des attestations relatives à leurs pratiques frauduleuses !

Attention !

Saisir un conseil de prud’hommes pour contester un licenciement signifie être prêt à expliquer en quoi les griefs formulés dans la notification ne sont pas fondés : mettre en doute leur réalité, leur gravité, ou encore expliquer en quoi ils ne sont pas imputables au salarié.

On dit que la notification de licenciement « fixe les limites du litige ». Cela signifie que ce sont d’abord et surtout les motifs du licenciement qu’il faudra évoquer devant les conseillers.

Evoquer le mauvais climat de l’entreprise ou ses pratiques commerciales discutables (par exemple), reste secondaire, et correspond à d’éventuelles « circonstances atténuantes ».

Il faut alors formuler des demandes distinctes de la contestation du licenciement : harcèlement, non respect d’obligations contractuelles de l’employeur… qui ne suffiront pas forcément à rendre le licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse !

J’ai été licencié et dispensé d’effectuer mon préavis. J’ai déjà retrouvé du travail, mais je n’ai pas le droit de commencer avant la fin de mon préavis

 

Pas forcément !

A condition que votre employeur vous ait expressément dispensé d’effectuer votre préavis (par écrit, donc), vous avez le droit de commencer un nouvel emploi ailleurs.

Que vous ayez été dispensé de préavis ou non, il faut seulement vérifier que vous n’êtes pas limité par une clause de non concurrence prévue au contrat qui vient d’être rompu.